logo

Votre circuit aux Etats-Unis
Le meilleur de l’Amérique, en Harley, en 4X4 ou en Mustang Cabriolet !

Monument Valley

SIZE M

 
9 à 12 jours

SIZE L

 
13 à 15 jours

SIZE XL

 
16 à 18 jours

Votre road trip USA
en mode...
panoramique !

En Harley Davidson©, en Mustang Cabriolet ou en 4x4, choisissez le voyage qui vous ressemble et vivez le rêve américain, au gré de vos envies !
 
Il y en a pour tous les goûts ! Formule accompagnée, avec guide expérimenté, ou version « Free Drive » en toute liberté… c’est vous qui voyez !

Itinéraire, hôtels, visites : Easy Ride Aire vous conseille et vous accompagne pour votre voyage aux USA.

Vous rêvez d’organiser votre propre Las Vegas Tour ? D’explorer, en famille ou entre amis, l’Historic Route 66 ? Quel que soit votre projet, Easy Ride Aire vous aide à imaginer votre circuit aux Etats-Unis.
 

Grand Canyon National Park en Arizona

Imaginez votre Circuit dans l’ouest Américain

Rouler sur la Côte Ouest des États-Unis, en moto ou en auto, c’est se frotter aux grands espaces, à des paysages éblouissants, hors norme, sur des routes hypnotiques… peut être l’essence même de la liberté !

Nos road trip USA vous plongent au cœur de l’Ouest Américain : Des côtes Nord de la Californie, à San Francisco et Los Angeles, du Nevada à l’Utah, mais aussi du Nouveau Mexique, à l’Arizona, où plane encore l’ombre de Cochise. 

Les grands parcs Nationaux, Monument Valley, le Grand Canyon, Bryce Canyon, le lac Powell, le désert de Death Valley, les séquoias géants du Yosemite, ou la mythique Route 66…

« Tout laisser derrière soi, vivre la route à bord de véhicules de légende, nés pour avaler le bitume ».

 Vous y êtes ! Bien calé sur votre Harley ou au volant de votre Mustang, vous sentez les frissons qui vous gagnent !

Durant une, deux ou trois semaines, vous partez à la découverte des plus grandes villes de l’Ouest en moto, en auto : Los Angeles, San Francisco, Las Vegas, Phoenix, Denver ou Albuquerque, pour mieux saisir l’âme du Far West, sur les traces des Indiens Apaches et Navajos. Nos circuits Ouest américain

Faire la Route 66

Voyagez à votre rythme ; en moto, en cabriolet ou en 4x4. Easy Ride Aire, vous aide à construire votre voyage sur la route 66, « A la carte » : selon vos envies, vos dates…votre budget !

La Route 66, dans son intégralité, de Chicago à Los Angeles et plus de 15 jrs, pour tout voir de la « Mother Road », La Route 66, au départ de St Louis, ou d’Albuquerque pour ceux qui disposent de moins de temps !

La Route 66, ce sont des lieux emblématiques et des villes Mythiques : de Chicago, à St Louis en passant par Santa Fe, Williams, Seligman, ou encore le Bagdad Cafe de Newberry Springs !

Tous ceux qui ont tenté l’expérience vous le diront : il y a un avant, et un après le road trip USA sur la Route 66…  Le rêve est en ligne de mire, au bout de la route… une route magique qui déroule des paysages, à couper le souffle, au rythme du vrombissement des puissantes cylindrées !

Nos voyages Route 66

Key West en Florida

Explorez le Sud et la Côte Est à moto

Les amoureux du Sud et de l’Est américain, ne seront pas en reste ! Nos  circuits en Louisiane et Floride vous embarquent de La Nouvelle Orléans à Miami. Vous longerez le Golfe du Mexique, les plages de sable blancs du « Sunshine State », profiterez du Parc des Everglades avec, comme ligne d’horizon, le bleu caraïbes des plages de Key West et l’ambiance électrique et très latino de Miami !

« Les circuits à l’Est conjuguent routes spectaculaires et paysages luxuriants. »

Des road trip USA aux forts accents de musique, où se côtoient Blues, Jazz,  Rock,’ Roll et Country music !  Ici le bruit des moteurs se mêle aux riffs des guitares, au tempo des batteries, pour un voyage mené tambour battant, de Chicago à St Louis, de Nashville à Memphis, du Bayou à New Orleans ! Une plongée au cœur même de l’Amérique, de la musique « made in America » ! Plus qu’un auto tour : un pèlerinage musical !

Nos circuits dans l'Est Américain

Votre voyage aux USA sur mesure !

Easy Ride Aire, agence spécialiste du voyage moto USA, vous propose des programmes taillés pour la route, en formule seuls ou accompagnés. Meilleurs hôtels, meilleurs spots, meilleurs itinéraires, meilleurs véhicules : contactez-nous pour organiser le Road Trip USA qui vous ressemble ! Tous nos voyages en moto et auto

En tant que blogueur, vous avez parfois plein de choses à raconter mais soudain, vous vous retrouvez devant votre écran et là, c’est le vide intersidéral ! Par où commencer ? Comment écrire un article de blog clair et fidèle à vos idées ?

Dans cet article, je vous propose une infographie… et des explications plus détaillées en 7 étapes pour apprendre à bien structurer un article de blog depuis votre idée de départ jusqu’à la publication. J’espère que ces conseils vous aideront à mieux répondre aux attentes de vos lecteurs !

1. L’introduction : mais au fait, pourquoi voulez-vous écrire un article ?

Si vous êtes assis là devant votre clavier, c’est qu’il y a sans doute une bonne raison. Avez-vous envie de partager une information, une actualité, une opinion, une expérience ?

Il existe des millions de blogs sur Internet et certaines personnes vont consacrer 10 minutes de leur vie à lire votre article. Votre objectif, c’est de faire en sorte de transformer 10 minutes de temps perdu en 10 minutes utiles !

Le but de votre article et la cible à laquelle il s’adresse doivent apparaître dès l’introduction.

À quoi ça sert ?

  • Créer une attente – A travers votre introduction, vous allez chercher à capturer l’attention du lecteur et à lui donner envie d’en savoir plus.
  • Éviter au lecteur de perdre son temps – Votre introduction va aussi permettre de faire le tri entre les gens concernés par le sujet et les autres. Par exemple, si vous maîtrisez déjà parfaitement la rédaction web, vous conclurez peut-être en lisant mon introduction voire dès le titre de l’article que vous n’avez pas besoin de lire le contenu.

Comment faire ?

Vous pouvez par exemple…

  • Raconter une histoire ou une anecdote, à condition qu’elle soit courte (ça reste une introduction !).
  • Partager un fait ou une nouvelle qui interpelle.
  • Poser des questions : j’ai toujours adoré les introductions qui posaient beaucoup de questions parce qu’on a naturellement envie d’obtenir les réponses.
  • Se projeter dans les émotions du lecteur : quels sont les inquiétudes, les questionnements des personnes qui vous lisent ?
  • Présenter votre approche : allez-vous proposer un tutoriel, une réflexion, un compte-rendu, une wishlist, une interview ? Chaque format est porteur de certaines attentes. Par exemple, on attend d’une actualité qu’elle soit étayée par une source fiable.
  • Faire une promesse : qu’est-ce que vous vous engagez à offrir ou à partager avec votre lecteur à travers votre article ?

D’un point de vue plus pratique, vous pouvez commencer par donner à votre article un titre de travail qui résume votre objectif final. Par exemple, cet article avait pour titre temporaire “Structurer un article de blog”. C’est clair, précis, pas très sexy… mais le but de l’article, c’est ça ! Trouver ce titre temporaire vous permet souvent de formuler votre objectif principal en quelques mots qui vont à l’essentiel, c’est une aide à la rédaction de votre intro par la suite.

Je vous conseille aussi de limiter votre introduction à quelques lignes. La presse va plus loin en se limitant souvent à un chapô de 2-3 lignes. Un blog est plus souple au niveau du format mais mieux vaut rester concis.

2. Écrire le corps de l’article

Déjà, ne vous bloquez jamais en pensant qu’il y a une seule et unique façon de faire ! Vous avez tous un style d’écriture qui vous est propre et il fait partie intégrante de la richesse de votre blog.

Par exemple, pour ma part, c’est très rare que je fasse un plan avant d’écrire. Même à l’époque des dissertations pendant mes études, je rédigeais directement. À l’inverse, d’autres personnes vont être plus à l’aise avec l’idée de lister toutes leurs idées en vrac sur un sujet puis de les organiser avant de rédiger.

 

À mes yeux, il n’y a pas de méthode meilleure qu’une autre. Il y a surtout la méthode avec laquelle vous êtes le plus à l’aise !

Quelques types de plans d’articles

En rédaction web, on adopte souvent le principe de la pyramide inversée : il consiste à aller à l’essentiel en début d’article puis à entrer dans les détails. Ainsi, le lecteur pressé peut s’abstenir de lire l’ensemble de l’article.

La liste sans hiérarchie – Il s’agit tout simplement de lister des idées sans ordre particulier. La liste est toujours un format populaire et polyvalent ! Exemple : 5 façons d’organiser sa vie digitale (La Minute d’Emy)

La progression – Vous allez montrer, étape par étape, comment parvenir à un résultat ou à une conclusion. Exemple : DIY : créer un terrarium (Stéphanie Zwicky)

La chronologie – Vous racontez un événement dans l’ordre où il s’est déroulé. Exemple : Un week-end à Budapest (Carnet Prune)

La chronologie inversée – Vous commencez par présenter un événement puis vous revenez sur sa dimension historique (ses causes, son explication, son origine) pour revenir enfin au futur. Par exemple, dans cet article, on vous parle de l’échec d’une entreprise puis on vous raconte pourquoi elle n’a pas décollé… et en fin d’article, on en tire des leçons pour aller de l’avant.

La résolution de problèmes – Vous présentez d’abord un problème puis vous proposez une solution. Exemple : Triacneal et mes soins contre l’acné hormonale (Mademoiselle Modeuse)

Le débat – Vous présentez les arguments des uns, les arguments des autres et vous exposez votre point de vue. C’est une version 2.0 du fameux plan didactique de vos rédactions du lycée avec la thèse, l’antithèse et la synthèse ! Exemple : Ci-gît… les blogs (La Fille de l’Encre)

L’argumentation – Vous commencez par donner un avis puis vous exposez les arguments qui justifient cet avis ! Exemple : L’érotisme de Grazia : un dossier consensuel (Dis-moi média)

Nourrissez votre article

Le blog n’est pas un magazine papier, ce n’est pas non plus un devoir d’école. Ça reste donc un support très vivant, où il ne faut pas hésiter à dynamiser votre contenu. Vous pouvez proposer des exemples, des liens qui vont apporter des informations complémentaires, raconter quelques anecdotes, etc.

Faites ressortir les éléments importants

Il faut penser non seulement à la lisibilité de votre article mais aussi au référencement. Pour concilier les deux, on adopte les bonnes pratiques :

  • En complément du gros titre de l’article, on n’hésite pas à inclure des sous-titres et on les encadre par des balises h2.
  • On utilise des éléments de mise en forme comme les listes à puces ou le gras pour mettre en relief les idées importantes.
  • On peut aussi créer des encarts et utiliser la couleur pour faire ressortir certains points, comme ci-après.

Votre article est très long ? Si le sujet le permet, vous pouvez créer de petits récapitulatifs qui aideront le lecteur à retenir l’essentiel de chaque sous-partie.

3. Conclure

J’ai consacré un article entier à la façon d’écrire une bonne conclusion, je vous conseille donc de le lire ! En résumé, c’est souvent l’occasion de récapituler ce dont vous avez parlé, de proposer des pistes pour prolonger la lecture mais aussi de pousser vos lecteurs à l’action : commenter, lire un autre article, s’abonner à la newsletter, partager sur les réseaux sociaux, vous contacter, etc.

4. Trouver le titre

C’est le moment où vous allez transformer votre titre de travail pas très sexy en un titre qui donnera davantage envie de cliquer. Souvent, les titres les plus efficaces sont ceux qui comportent un mot relevant du vocabulaire des émotions. C’est comme ça qu’on finit avec des milliers d’articles qui vous promettent un contenu “incroyable”, une méthode “qui va vous laisser sans voix” ou une erreur “aux conséquences dramatiques”.

Sans tomber dans un mode de rédaction formaté, on peut garder à l’esprit que l’émotion a tendance à réveiller quelque chose d’assez primitif en nous qui nous donne envie de cliquer.

Par exemple, un lecteur cliquera plus sur “Comment écrire un article de blog percutant et bien structuré” que sur “Structurer un article de blog”… Le sujet reste le même mais dans le premier cas, on fait appel à l’émotion : être percutant, c’est avoir un impact sur les autres et en général, tous les blogueurs peuvent se reconnaître dans ce désir de ne pas laisser le lecteur indifférent.

5. Illustrer l’article

Choisir une ou plusieurs images permet d’abord d’aérer l’article pour le rendre plus agréable à lire. Les images créent comme une pause dans la lecture et limitent l’impression d’un article interminable. Dans certains cas, c’est aussi une source de valeur ajoutée à part entière quand l’image permet de clarifier le contenu ou d’apporter des précisions complémentaires.

Il est souvent plus esthétique que l’image fasse la même largeur que la colonne de texte. Pensez aussi à adopter les bonnes pratiques en matière d’optimisation des images :

  • Un fichier pas trop lourd.
  • Un fichier avec un nom explicite.
  • Un attribut alt bien renseigné avec une description de l’image.

6. Autour du texte…

En général, je conclus la rédaction d’un article par ces 3 actions :

  • Rédiger une balise title – C’est le titre tel qu’il apparaîtra dans les résultats de recherche sur Google ou sur Bing. J’utilise souvent le même titre que le titre principal de l’article sauf dans une situation : quand le titre de mon article est trop long. En effet, les moteurs de recherche coupent votre titre s’il est trop long, il est conseillé de limiter sa longueur à 500 pixels. Vous pouvez par exemple utiliser ce simulateur pour savoir si votre titre est trop long ou pas. Ce title a une importance élevée en référencement.
  • Rédiger la meta description – C’est la description qui apparaîtra sous le titre dans les résultats de recherche. Elle doit avant tout donner envie à un internaute de cliquer sur votre site parmi tous les résultats proposés.
  • Ajouter des tags (étiquettes sur WordPress, libellés sur Blogger) – C’est un petit détail qui peut permettre d’organiser plus finement votre contenu. Par exemple, sur No Tuxedo, il existe des sujets qui sont transversaux. C’est le cas du référencement. Le référencement, c’est à la fois de la technique et du code (ce dont je parle surtout dans la rubrique “Créer un blog”) mais c’est aussi un moyen de gagner du trafic. Ça signifie que le sujet peut être abordé dans différentes rubriques du blog. J’ai donc créé une étiquette SEO (référencement naturel) qui regroupe tous les articles consacrés au référencement, quelle que soit la catégorie dans laquelle ils se trouvent.

7. Relecture et planification

Étape indispensable même quand on fait peu de fautes d’orthographe, la relecture permet à la fois de corriger les erreurs et de vérifier la cohérence et la clarté globales de votre raisonnement.

Vous pouvez ensuite planifier votre article à la date de votre choix.

En ce qui me concerne, j’écris toujours mes articles avec beaucoup d’avance par rapport à la date de publication, ce qui me permet de faire une relecture en deux temps : une première fois quand l’article est terminé

Conclusion

Dans cet article, je vous ai proposé une méthode étape par étape mais le message principal à retenir, c’est que nous ne sommes pas à l’école ! Un blog n’a jamais vocation à fonctionner comme un cours de français où l’on attend de vous un plan en 3 parties. Vous pouvez – et je dirais même vous devez – être à l’écoute de votre intuition !

C’est d’ailleurs vrai en toutes circonstances et j’ai un très bon exemple pour le prouver : il y a déjà quelques années, j’ai passé un concours pour entrer dans une école qui fait rêver tous les passionnés de journalisme et de communication, le CELSA. Chaque année, il y a plusieurs milliers de candidats et la plupart des gens arrivent à l’examen après une préparation de choc, une prépa littéraire, la lecture d’une bibliographie abondante.

Je suis tombée sur un sujet sur “la crise”, un thème qui faisait parler tous les médias à l’époque. En toute franchise, c’est le genre de sujet qui m’ennuie profondément parce qu’on a l’impression que tout a déjà été dit et plus ou moins toujours de la même manière. Ce jour-là, au lieu d’une dissertation classique, j’ai écrit une sorte de scène de théâtre mettant en scène l’avocat Maître Rudumur (“rue du mur” = traduction littérale de “Wall Street” en anglais ^^).

J’ai eu le concours et le message que j’en retiens, c’est que la forme ne doit jamais être une prison, quelque chose qui vous empêcherait d’exprimer vos idées. Dans cet article, je vous ai donné un guide qui peut vous rendre service si vous avez du mal à organiser vos idées mais ce n’est pas une recette de cuisine : si vous avez envie de commencer par trouver un titre exceptionnel, ne vous en empêchez pas au motif que vous êtes censé le faire à l’étape 4 !

Et bien sûr, l’aventure ne s’arrête pas quand vous appuyez sur le bouton publier… il vous reste encore à promouvoir votre article (réseaux sociaux, newsletter) et à le faire vivre en répondant aux commentaires et en le mettant à jour dans la mesure du possible quand il se périmera !

Racontez-moi dans les commentaires : comment vous vous organisez pour écrire ? Est-ce que vous arrivez facilement à structurer vos articles ?